Françoise Siefridt, J'ai voulu porter l'étoile jaune.

Publié le par Kika

couv59744194.jpg

Résumé : C'est le jour même de l'ordonnance nazie imposant le port d'un insigne à tous les Juifs que Françoise Siefridt, une étudiante chrétienne de dix-neuf ans, décide d'arborer l'étoile jaune avec l'inscription " Papou ", pour en dénoncer le caractère barbare et humiliant. Un geste de solidarité courageux qui lui vaut d'être aussitôt arrêtée par la police française. De juin à août 1942, au cours de son internement comme " amie des Juifs " aux camps des Tourelles puis de Drancy, Françoise Siefridt a tenu un Journal dans lequel elle rapporte les scènes poignantes dont elle a été témoin.


Dès que j'ai vu ce livre, j'ai eu envie de le lire, tout en espérant qu'il contienne un véritable témoignage de cette affreuse époque qu'est la deuxième guerre mondiale. Au temps pour moi, je ne fus pas déçue.

Françoise n'a vécu que pendant quelques jours l'horreur des "camps", je dis camps en quelque sorte car je dirais plutôt que c'était des lieux de transfert, mais qui sait je me trompe peut-être. Mais pendant ces quelques jours, on comprend vite la difficulté vécue par notre héroïne et ses camarades et l'espoir accompagné de désespoir qu'ils ressentent. En effet  chaque fois qu'on isole des occupants du camp, dans l'une des chambres. C'est la crainte de les voir partir vers la mort.

J'ai eu la joie aussi de voir que certains de leurs gardiens ont le coeur sur la main et malgré la peur de se faire pincer, font leur possible pour ne pas indisposer plus les malheureuses gens qui doivent attendre dans l'incertitude d'un avenir meilleur ou non. Quand à la fin on s'en réjouit, car Françoise qui faisait partie de ce que les Allemands appelaient "Les amis des Juifs" s'est retrouvée être l'un de ces innocents emportés par la folie d'un seul et même homme. J'admire ''Les amis des Juifs" pour avoir eu le courage de porter l'étoile jaune alors qu'ils risquaient gros. Cela me prouve une fois de plus qu'en temps de guerre la solidarité existe réellement. Cette même solidarité qui a sauvé tellement de vies mais aussi qui malheureusement tua aussi pas mal de monde. (Par exemple ces personnes admirables qui cachaient des Juifs et ont été punis pour cet acte d'une grande générosité).

 La littérature des camps et les témoignages qui l'accompagnent sont pour moi important et se doivent d'être transmis. Aussi je n'hésiterais pas à dire, que ce livre se doit d'être lu et ce malgré les quelques pages que représentent réellement l'histoire de François sans le préface et le postface. Qui même s'ils peuvent paraître long à lire sont sincèrement intéressants et nous racontent plus de cette guerre que l'on en apprend en cours

Merci aux éditions Robert Laffont et à Livraddict pour ce partenariat :)

Publié dans Critiques de livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

El JC 17/02/2010 08:08


Un témoignage fort et poignant, comme toujours lorsque cette période trouble est évoquée par ceux qui l'on vécue. Le devoir de mémoire nous incombera de plus en plus au fur et à mesure que les
générations de nos ainés vont nous quitter.


Kika 07/03/2010 13:18


Oui, la mémoire est importante, heureusement, l'école la transmet, certains films et livres permettent aussi cela. Et c'est une bonne chose que cela continue


Liyah 14/02/2010 10:16


J'aime assez les livres qui traite de cette epoque (a part Le journal d'Anne Franck que je n'ai jamais reussie a terminer !) donc j'ajoute celui-ci dans ma LAL !


Kika 07/03/2010 13:19



J'aime aussi^^ Mais quand j'ai lu Anne Franck j'ai bien aimé :)